Bienvenue sur le site des Ruchers du Born !

Nous vous souhaitons une bonne visite


Qui sommes nous ?

Depuis 2016

Quatre associés forment le GAEC Les Ruchers du Born : Cédric GODFRIN, Lénaïc LECRENAIS, Thomas MOLLET et Didier TROUVE.

Le départ à la retraite de Bernard a été l'occasion de proposer à 2 jeunes apiculteurs de rejoindre le GAEC.

 

Nous élevons environ 1200 colonies d'abeilles.

 

Nous vous proposons des miels des Landes issus d'un élevage apicole de type fermier, favorisant le développement naturel de colonies équilibrées.

 

Nous pratiquons une apiculture transhumante. Les ruches sont déplacées plusieurs fois par an, aux rythmes des abeilles et des fleurs.

 

Nous vous proposons aussi de l'hydromel et du vinaigre de miel transformés sur la ferme.

ruche, enfumoir, apiculteur, Landes,
Cédric et Lénaïc, qui sont entrés dans le GAEC en 2016 à la retraite de Bernard

De 2012 à 2015

De 2012 à 2015, trois associés formaient le GAEC Les Ruchers du Born (Groupement Agricole d'Exploitation en Commun).

Bernard Berque, Didier Trouvé et Thomas Mollet élevaient 900 à 1000 colonies d'abeilles.


de gauche à droite : Thomas, Bernard et Didier
de gauche à droite : Thomas, Bernard et Didier

Historique des Ruchers du Born

Didier : Suite à ma rencontre avec Martine mon épouse, j’ai découvert l’apiculture, pendant mes périodes de repos. J’ai suivi mon beau-père Marc qui a su me transmettre sa passion pour cette « bestiole » : l’abeille.
Amoureux de la faune, de la flore et de la forêt landaise ou je suis né, à trente ans j'ai naturellement quitté les plates-formes pétrolières pour faire une formation apicole à Laval. Ayant obtenu mon BPA, j’ai succédé à Marc qui à pris sa retraite en 1990.


Thomas : Je me suis installé en 2000 en Lot-et-Garonne, où j'ai développé la Ferme Apicole de Pardaillan. Le nomadisme apicole (la transhumance des colonies vers les fleurs), l'élevage des colonies, me conviennent bien ; le fait de travailler seul, un peu moins ! Après mure réflexion, j'ai rejoint le GAEC en 2012 (et quitté le Lot-et-Garonne), pour une nouvelle aventure : le travail en commun, dans ce milieu naturel spécifique entre le cœur de la forêt des Landes et les dunes du littoral.

 

Lénaïc:  En terminant ma licence de lettres modernes, j'ai voulu me faire paysan. Après avoir hésité entre les fruitiers et les brebis, je me suis passionné pour les abeilles et l'apiculture. En 2012, j'ai suivi une formation apicole à Hyères et je suis rentré dans les Landes pour passer une seule saison aux Ruchers du Born. Et depuis, je n'en suis pas reparti ! je m'y suis même installé en janvier 2016 pour suivre un proverbe que j'ai fait mien : "Seul, on va plus vite. A plusieurs, on va plus loin."

 

Bernard : Il y a toujours eu des abeilles dans ma vie, mon grand père puis mon père possédaient des ruches, j'ai donc grandi au milieu des abeilles, dans la miellerie ou bien à l'atelier à monter des cadres. Mais ce n'est que bien plus tard que j'ai décidé de faire d'une passion mon métier.
Ma première année fut une année exceptionnelle en production de miel de bruyère et en essaimage, 1977, cela m'a permis de me retrouver avec plus de 100 colonies à la fin de l'année. Les premières intoxications au Décis (1980), la remise en cause de notre mode de production, ont largement contribué à modeler l'exploitation vers ce que nous utilisons aujourd'hui. Au début des années 90, Didier arrive et nous constituons le GAEC.